Logo

Logo
Conseil de gestion durable du Lac Saint-Jean
Histoire du lac Saint-Jean

1928

L’inondation

L’hiver de 1928 s’avère particulièrement neigeux et le printemps suivant s’annonce très tard. Quand toute la neige fond en même temps que le dégel du sol, les rivières se gonflent et les inondations suivent partout au Québec. A la fin de mai les eaux du lac grimperont vite si bien que le 28 mai, le lac culmine à 23,8 pieds emportant des ponts à Saint-Félicien et à Alma.

Saint-Méthode, le long de la rivière Ticouapé, sera complètement inondée et évacuée. Toute la route entre Saint-Félicien et Mistassini est impraticable. L’honorable Perron, ministre de la Voirie déclare que « dans le district du Lac-Saint-Jean, il y a environ 16 milles de routes qui disparaissent sous deux ou trois pieds d’eau ».

À Roberval les eaux sont dans les rues. On se demande s’il ne faut pas évacuer l’hôpital, son système de chauffage étant paralysé. Le Chemin de l’Anse est fermé à la circulation et certains rez-de-chaussée de maisons ont jusqu’à trois pieds d’eau. Des billots rejetés par le lac se promènent dans les rues.

À la Grande Décharge, toutes les portes des déversoirs sont ouvertes et les eaux produisent beaucoup de dégâts. Le courant emporte une partie du pont Taché, forçant ainsi la circulation à passer par l’intérieur de la nouvelle centrale. Les eaux du lac se retireront graduellement. Le 9 juin, le niveau atteint encore 20 pieds mais le pire est passé. Il reste encore à reconstruire et faire le ménage.

St-Ged inondation 4.1-Domaine du Marais Chambord3- Péribonka ( Îles Maria Chapedeleine ) 1.3- Saint-Méthode printemps 1928 5-Embouchure Ticouapé