Logo

Logo
Conseil de gestion durable du Lac Saint-Jean
Histoire du lac Saint-Jean

1880-1920

La navigation sur le lac Saint-Jean

Le lac Saint-Jean a déjà été sillonné par une importante flottille de bateaux à vapeur. Le lac et les rivières tributaires sont alors les principales voies de communication entre les différentes paroisses autour de cette grande masse d’eau. L’absence de chemin carrossable et le grand nombre de cours d’eau qui croisent les sentiers autour du lac ainsi que l’arrivée du chemin de fer en 1888 favorisent l’essor de la navigation commerciale. Des quais, des bouées et des phares seront rapidement érigés et installés. Une importante flotte sillonnera bientôt le lac pour le transport des passagers mais aussi des marchandises diverses et des animaux. La fin de la construction de la route de ceinture autour de lac Saint-Jean en 1928 sonne le glas de la navigation commerciale sur le lac.

Plusieurs bacs et bateaux servent encore à traverser les rivières avant la construction des ponts. Plusieurs bacs sont actionnés au moyen de câbles et de poulies qui relient les deux rives.

«La navigation formait un petit monde à l’intérieur de la vie robervaloise, monde révolu comme son tout. L’industrie du bois, la colonisation, le ravitaillement des colonies, l’exportation des produits, la pêche, tout se faisait par le lac, les rivières, les quais, le plus possible. Chaque printemps, la flotte se réveillait, se secouait, s’étirait, s’ébrouait, et, au départ des glaces, le premier équipé s’élançait frénétiquement : la saison était ouverte. Le journal annonçait la chose, bien que tout le monde le sût, et se laissait aller à des bravos ou à des doléances, suivant la générosité du gouvernement.»