Logo

Logo

Le pouvoir de décider a une valeur commune, celle d’une gestion équitable !

La concertation nécessaire à la gestion démocratique d’un patrimoine collectif, comme le lac Saint-Jean, n’est pas une mince affaire. Cela nécessite en effet une vision commune et une analyse rigoureuse des enjeux en fonction des multiples intérêts portés par les divers intervenants qui y sont liés. Plus encore, dans une perspective de développement durable, il faut envisager des scénarios de gestion du lac Saint-Jean qui s’adaptent aux réalités d’aujourd’hui et de demain.

Cette importante responsabilité doit nécessairement être portée non seulement par les détenteurs des droits d’exploitation des forces hydrauliques, dans le cas présent une entreprise privée, mais aussi par les représentants élus du Lac-Saint-Jean, incluant la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh. Rappelons que les élus disposent de pouvoirs et de responsabilités importantes en matière d’aménagement du territoire et de développement économique de leurs milieux et que les citoyens s’attendent qu’ils les représentent pro activement dans la conduite des affaires publiques de notre belle région.

Nos élus ont d’ailleurs entamé une démarche afin d’établir un pacte social avec les diverses parties prenantes du milieu. En demeurant à l’écoute des expériences vécues autour des questions relatives à la gestion de notre lac, la mise sur pied d’un comité des parties prenantes permet d’élever les préoccupations à des enjeux globaux et solidaires des communautés locales.

Il va sans dire que la gestion du lac Saint-Jean comporte des impacts économiques pour l’entreprise et le milieu. Pourtant la problématique de la gestion du lac Saint-Jean est complexe et plusieurs enjeux doivent être considérés. L’implication des parties prenantes à la réflexion démontre l’importance accordée par la communauté  afin d’assurer une gestion saine et rigoureuse de leur milieu de vie en considérant l’ensemble de la problématique dans le contexte d’aujourd’hui et pour les décennies futures.

Les audiences publiques prévues en automne 2016 représentent une opportunité historique d’établir un nouveau pacte social basé sur des faits et sur nos vécus. Il est de notre responsabilité de revoir nos façons de faire pour assurer aux prochaines générations une gestion durable et responsable de notre lac.

admin  /  22 juillet 2016