Logo

Logo
Nous appuyer

Appuyer une gestion durable de notre lac

Le milieu régional démontre une solidarité exemplaire derrière la démarche des parties prenantes sollicitant du gouvernement du Québec l’élargissement du mandat du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Le mandat donné au BAPE doit porter sur la gestion durable du lac Saint-Jean et non sur le seul programme de stabilisation de ses berges tel que le demande Rio Tinto et ce, en vue de s’assurer que les décisions que nous prendrons en regard de sa gestion soient basées sur une vision actualisée des droits consentis dans le passé et surtout qui respecte ce que le Québec est à bâtir présentement en matière de développement durable, de respect de l’environnement et de gestion de l’acceptabilité sociale.

eau

LES ÉLUS ET LES PARTIES PRENANTES DU MILIEU DEMANDENT DES AUDIENCES PORTANT SUR UNE GESTION DURABLE DU LAC SAINT-JEAN ET NON PAS SUR UN PROGRAMME DE STABILISATION DES BERGES

Appuyez-nous
maintenant!

Quelles activités pratiquez-vous sur le lac?
Quelles sont vos préoccupations en rapport avec le lac?

Ensemble pour l’avenir de notre lac!

Pour transmettre ce patrimoine collectif aux générations futures

«Outre son apport économique varié, le lac Saint-Jean est l’une des deux ou trois composantes essentielles du territoire et du paysage régional. Il est étroitement intégré à la quotidienneté des Saguenayens et des Jeannois. C’est aussi depuis longtemps un facteur d’attraction national et international. Enfin, c’est un joyau que chaque génération a le devoir de préserver pour le transmettre aux générations suivantes. C’est pourquoi la plus grande vigilance doit être exercée à cette fin.»

Gérard Bouchard, sociologue, Saguenay

«Le lac Saint-Jean représente pour moi le trésor de notre région, un immense bassin de souvenirs et une vaste étendue d’aventures et de découvertes. Le lac Saint-Jean est l’endroit paisible et merveilleux pour ses couchés de soleil et là où nous voyons arriver la tempête alors que mon père «surf» sur sa planche à voile. C’est mon coin de paradis où j’ai fait mes premiers châteaux de sable, où j’ai passé mes étés à naviguer dans mon petit sabot rouge et le lac voisin de la piste cyclable où j’ai fait mes premiers kilomètres et bâti mes objectifs pour devenir l’athlète que je suis aujourd’hui.»

Catherine Fleury, athlète vélo de montagne, Saint-Gédéon